• La solitude d'une fée (poème)

    La solitude d'une fée (poème)

    par Florence Marquise - 13 juin 2006

     

    Dans une forêt profonde et enchanteresse

    Vivait une fée parmi les loups et les licornes

    Elle s'accordait à la nature avec allégresse

    Savourant sa sérénité

    Mais le silence et la solitude lui pesait

    Malgré tout, la forêt s'évertuait

    A lui apporter sa magie et sa beauté.

     

    Nul le saurait affirmer 

    Depuis combien de temps cette fée demeurait

    Parmi les loups et les licornes

    Sans jamais voir personne

    Elle n'avait pas eut le choix, malheureusement...

     

    Loups et licornes la protégeait de tout danger

    Et de la haine engendrée

    Par certains mortels entétés

    Qui l'accusaient d'être sorcière

    Alors qu'elle n'était que bonté

    Une fée...

    Leur cruauté l'avait tant blessée.

     

    Pauvre fée, pauvre créature,

    Elle avait dû fuir en pleurant

    Et partir ainsi à l'aventure

    Elle les détestait tellement !

    Jamais plus ils ne reverraient sa longue chevelure

      S'envoler au gré du vent.

     

    Elle survivait grâce à la nature

    Se nourrissant de ses fruits et de cultures

    Apaisant sa soif infinie

    Et se baignant dans la clairière

    Elle faisait de longues promenades le jour

    Mais l'ennui se manifestait toujours.

     

    Elle écoutait le chant des hiboux la nuit

    Déchirant le silence avec leurs cris

    Puis elle s'endormait

    Allongée sur un tapis de feuilles bien fraîches

    La lune éclairait son corps laiteux

    Vêtu de la même robe de couleur bleue.

       

    Un jour, peut-être aura-t-elle la compagnie

    D'un seigneur qui la comprenne et lui offre son coeur

    Qu'il n'ait point de haine, ni de mépris

    Comme ces hommes aux vils rancoeurs

    Comme ceux qui l'avaient injustement banni.

      

    En attendant l'être espéré

    La fée souffrait de cette solitude infâme

    On l'entendait souvent pleurer

    Déversant sans retenue des larmes

    Entourée de ses amis les loups et les licornes

    Car eux seuls la comprenait.

     

     

    La solitude d'une fée (poème)